Sign in / Join
Guilherme Boulos du PSOL (Rovena Rosa/Agência Brasil)

Election, docteur « Bumbum », indien, foot : ce qu'il faut retenir du week-end

Vous êtes restés loin de l'actualité ce week-end ? Pas de panique, Bom Dia Brésil revient sur les principales informations de ces derniers jours.

Les premiers candidats officiels pour l'élection présidentielle ont été choisis

Ce week-end avaient lieu les premières conventions des différents partis visant à investir leurs candidats respectifs pour l'élection présidentielle brésilienne qui aura lieu en octobre. Ont ainsi été officialisées les candidatures de Ciro Gomes (Parti démocratique travailliste), Guilherme Boulos (Parti socialisme et liberté), Jair Bolsonaro (Parti social libéral), Paulo Rabello de Castro (Parti social chrétien) et Vera Lúcia (Parti socialiste des travailleurs unifié). Les autres partis ont jusqu'au 5 août pour nommer leur candidat, dont l'inscription auprès de la Justice électorale peut être réalisée jusqu'au 15 août.

Révélations en rafales sur le « Docteur Bumbum »

« Docteur Bumbum » (Capture d'écran de la page YouTube de Denis Cesar Barros Furtado)

Jeudi 19 juillet, Denis Cesar Barros Furtado, connu sous le nom de « Docteur Bumbum » ( « Docteur Fessier »), et sa mère, Maria de Fatima Barros Furtado, étaient finalement arrêtés après cinq jours de cavale, inculpés pour homicide et emprisonnés. Samedi 14 juillet, la banquière Lilian Calixto, 46 ans, se rendait dans le cabinet du docteur, situé à Barra da Tijuca, à Rio, pour y réaliser une opération de chirurgie esthétique au fessier. La femme se sentant mal après l'intervention, le docteur et sa mère l'abandonnaient à l'hôpital Barra D'Or, avant de prendre la fuite. Quelques heures plus tard, elle mourrait. Depuis l'arrestation du fils et de la mère, différents journaux ont mis à jour le caractère plus que douteux du médecin. Ainsi, le site d'information G1 révèle qu'ils étaient déjà tous deux considérés comme suspects dans l'affaire du décès du petit ami de Maria de Fatima, José Roberto Camillo Monteiro, en 1997. Le tribunal de Rio a toutefois souligné qu'il y avait prescription pour ce crime et qu'ils ne pourraient donc être poursuivis. Le site BBC Brasil s'attaque de son côté au CV du « docteur ». Ce dernier ne mettait en avant que trois diplômes obtenus auprès de l'Institut brésilien d'enseignement (Isbrae), l'Académie americano-brésilienne de médecine intégrative et régénératrice (Barm) et l'Association internationale de médecine esthétique (Assime). L'article indique cependant que les deux dernières ne sont pas reconnues par le ministère de l'Education brésilien comme offrant ce genre de diplômes. Quant à l'Assime, contactée par BBC Brasil, l'école déclare que Danis Cesar Barros Furtado se serait bien inscrit au cours, mais ne l'aurait pas achevé. O Globo révèle ainsi que lors de sa déposition, le docteur a finalement reconnu n'avoir aucun diplôme de spécialisation en chirurgie esthétique.

Premières images d'un Indien isolé en Amazonie

L'Indien isolé (Funai/DR)

La Fondation nationale de l'Indien (Funai) a divulgué ce week-end les premières photos d'un Indien vivant seul au beau milieu de la forêt amazonienne. Installé sur la terre indigène Tanaru, celui qui est connu sous le nom d' « Indien du trou » vivrait seul depuis au moins 22 ans, selon Agência Brasil. Le site explique que cette zone forestière, située dans le Rondônia, a été particulièrement recherchée par les propriétaires terriens dans les années 1980 qui les ont défrichées illégalement afin d'agrandir leurs territoires de production. Les tribus indigènes présentes sur place étaient alors attaquées ou amenées à fuir. Celle de l'« Indien du trou » était composée de six membres encore, selon les chercheurs, en 1995. Elle aurait été attaquée par des fermiers et n'aurait survécu que l'indien, protégé depuis par la Funai. Dès les années 1990, la fondation a donc déterminé des interdictions d'envahissement de la terre indigène Tanaru, elle a été fixée à 8.070 hectares en 2015. L'organisme a également tenté d'entrer en contact avec l'Indien qui ne l'a cependant pas accepté. Après la dernière tentative, ayant eu lieu en 2005, la Funai a décidé de ne laisser que sur des lieux où l'Indien passe régulièrement quelques graines et outils pour qu'il puisse se nourrir.

Des policiers français à Paraty pour suivre l'enquête du Français assassiné

(DR)

O Globo annonce que des policiers français sont arrivés à Paraty, afin de discuter avec les autorités policières brésiliennes de l'enquête concernant le Français assassiné le 13 juillet. Si la police brésilienne n'a pour l'instant pas de piste précise, elle a juste précisé que le tir qui avait tué Cédric Jaurgoyhen Madala provenait d'une carabine utilisée en général pour la chasse, assez commune dans les zones rurales. En parallèle, des amis de l'artiste préparent une manifestation le dimanche 29 juillet à Paraty, afin de mettre la lumière sur le crime. Le feuillet invitant à se réunir ce jour-là devant l'église principale de la commune, vêtu de bleu et blanc, émet quelques hypothèses quant aux motifs possibles de l'assassinat : « Parce qu'il était artiste ? Parce qu'il était gay ? Parce qu'il participait à des cérémonies de candomblé (religion afro-brésilienne, ndr) ? ». Mais la police souligne qu'il n'y a à l'heure actuelle aucune preuve concrète pouvant confirmer ces possibilités.

Un député du Paraná meurt dans un accident d'avion

Le député de l'Assemblée législative du Paraná, Bernardo Ribas Carli (Parti de la social-démocratie brésilienne), 29 ans, est décédé dimanche 22 juillet dans un accident d'avion, à Paula Freitas, dans le sud de l'Etat. Le pilote et copilote de l'avion sont également décédés. L'Estadão rappelle que le député local était candidat à sa propre réélection.

Saisie de 330 kg de cocaïne à Rio

Durant une opération menée dans la Baie de Guanabara, du côté de Niteroí, dimanche 22 juillet, par la Police fédérale, quelque 336 kg de cocaïne ont été saisis, d'après Agência Brasil. La drogue était cachée derrière un faux mur de la cave d'un bateau, laquelle était remplie de glace. Trois suspects ont été interpellés. L'action s'inscrivait dans le cadre de l'opération Antigoon. Menée depuis un an par la Police fédérale, principalement à Rio, elle vise à resserrer l'étau autour des trafiquants opérant dans les ports du pays. Au cours des 12 dernières mois, quatre tonnes de cocaïne ont déjà été saisies.

São Paulo FC durant la 14e journée du Brasileirão (Facebook/SaoPauloFC)

São Paulo FC vient talonner Flamengo, en tête du Brasileirão

Ce week-end avait lieu la 14e journée du championnat brésilien, le Brasileirão, qui a repris cette semaine après une pause durant la Coupe du monde. Si Flamengo s'était installé confortablement en tête du classement, totalisant 30 points, les deux dernières journées couronnées de succès du São Paulo FC face au propre club de Flamengo durant la semaine et face aux Corinthians (3-1) ce week-end ont permis au club pauliste de se rapprocher au classement de l'équipe carioca, qui n'a plus qu'un petit point d'avance. Flamengo, de son côté, l'a emporté face à Botafogo 2 à 0, une victoire lui permettant de demeurer leader. A six points, Cruzeiro a quant à lui maintenu sa troisième position en s'imposant face à l'Atletico Paranaense (2-1), qui semble de son côté bien installé dans la zone des relégables, pointant à l'avant-dernière position du classement. Suivent ensuite à sept points quatre équipes : l'Atlético Mineiro et Palmeiras, ces derniers ayant battu des Mineiros en pleine perte de vitesse dimanche 3 à 2, devant l'Internacional qui joue ce lundi soir, et le Grêmio, battu par Vasco 1 à 0. Parmi les autres résultats de cette journée, on retiendra les victoires de Fluminense (2-1 contre Sport), de Paraná (1-0 contre l'América-MG), de Bahia (4-1 contre Vitória) et le match nul 0 à 0 entre Chapecoense et Santos.

Laisser une réponse