Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/plugins/sense-sidebar-generator/html.php on line 83
Ça fait du ramdam au Brésil : Lula au centre d'une bataille de hashtags - Bom Dia Brésil
Sign in / Join
Lula et la sénatrice Gleisi Hoffmann (Sérgio Silva/PT/Flickr) Sergio Silva/PT/DR

Ça fait du ramdam au Brésil : Lula au centre d'une bataille de hashtags

Pour ou contre Lula ? Alors que la condamnation de l’ancien président à 9 ans et demi de prison pour corruption passive et blanchiment d’argent doit être examinée en deuxième instance ce mercredi 24 janvier par le tribunal fédéral de la 4e région à Porto Alegre (Rio Grande do Sul), sympathisants et opposants donnent de la voix. Dans la rue et aussi sur les réseaux sociaux, où une bataille de hashtags fait rage depuis plusieurs semaines.

Illustration avec le mot-dièse #comLulaEmPOA, utilisé par le Parti des travailleurs (PT) et ses sympathisants pour alimenter la mobilisation populaire à Porto Alegre. Le sénateur (PT) du Pernambouc l’utilise ainsi pour se féliciter de voir une foule pro-Lula à Porto Alegre.

« En défense de la démocratie, pour le droit de Lula à être candidat, Esquina democratica, en ce moment à Porto Alegre »

Certains militants utilisent #comLulaEmPOA pour faire savoir qu’ils font le déplacement à Porto Alegre.

« Sortie de classe depuis Brasilia, hier, pour #comLulaemPOA

D’autres jouent la carte de l’humour.

« Tu préfères aller à New York ou à Paris. Je préfère aller à Porto Alegre soutenir le Président Lula. »

A noter que Paris aussi est le théâtre d’une (timide) mobilisation pour soutenir Lula.

« Les Brésiliens de France demandent ce à quoi messieurs les juges ne répondent pas : où sont les preuves ? »

La question des preuves de la corruption de Lula agite la twittosphère, avec le hashtag #CadêAprova. Le PT met ainsi en avant la ligne de défense de l’ancien président, qui conteste qu’un appartement à Guaruja (São Paulo) lui ait été offert par l’entreprise OAS.

« Si le triplex n’est pas à Lula, ce jugement n’a pas de sens. »

Certains internautes vont jusqu’à suggérer que les preuves de la corruption de Lula sont tout aussi réelles que l’auriculaire de sa main gauche

« Ce qui pèse contre Lula. »

Dans la foule des mots-dièses pro-Lula, #eleiçãosemLulaEFraude met l’accent sur l’impact que la décision des juges pourrait avoir sur la présidentielle 2018. Le juge Sergio Moro est ainsi dépeint en arbitre injustement défavorable au candidat Lula :

« Quel dessin ! »

Reste que les partisans de Lula n’ont pas le monopole de la campagne d’influence menée sur les réseaux sociaux. Certains opposants prennent ainsi un malin plaisir à reprendre à leur compte le hashtag #comLulaemPOA

« Ces gens ne travaillent pas, non ? Même si j’étais pour ce monsieur, je ne pourrais pas manquer mon travail pour ça. »

D’autres manient un humour plus grinçant :

« Rien qu’une application de retouche d’image ne résolve ! »

La perspective de voir la condamnation de Lula à 9 ans et demi de prison inspire une volée de mots-dièses : #LulaNaCadeia, #LulaNaCadeia24 ou #LulanacadeiaDia24.

Certains se réjouissent à l’idée de suivre l’audience en direct sur YouTube :

« Le jugement de Lula sera retransmis en direct par le tribunal TRF-4 ! Churrasco, OK, bière, OK, rojões de porc, OK. »

Et d’autres placent toute leur foi dans les statistiques :

« Des 104 affaires jugées par Lava Jato, seulement deux ont vu le TRF-4 revenir sur les décisions en première instance. »

Enfin, dans la journée du mardi 23 janvier, #CadeiaSemLulaÉFraude, un des derniers mots-dièses tendance de Twitter, avait tout d’une réponse directe au #EleiçãoSemLulaÉFraude.

Pour certains twittos, la vraie fraude électorale serait en effet de voir la condamnation de Lula être annulée.

« Demain, nous verrons si le pouvoir judiciaire brésilien a un camp. »

La réponse est attendue dans la journée.

Laisser une réponse