Sign in / Join
(Ph. João Lima / Flickr)

Carnaval 2018 : à Rio, chacun cherche son bloco

On y est ! Sortez vos costumes les plus originaux, le premier week-end de blocos du carnaval de Rio débute samedi. Comme 473 blocos sont prévus ces prochaines semaines à travers la ville, Bom Dia Brésil vous donne un coup de main avec une sélection d’une vingtaine d’entre eux selon différents critères (la liste complète est à retrouver en cliquant ici).

Les gros blocos

- Bloco da Preta : comme son nom l'indique, il a pour chef de file la chanteuse Preta Gil, fille de Gilberto. Dimanche 4 février à partir de 8h, avenida Presidente Antônio Carlos (en face du terminal Menezes Cortes, Centro).

- Simpatia é quase amor : né en 1984 en plein mouvement Direitas Já pour le retour de la démocratie au Brésil, son cri de guerre est « Alô burguesia de Ipanema ». Samedi 3 février et dimanche 11 février à partir de 14h, rua Teixeira de Melo (Ipanema).

- Sargento Pimenta : son nom est un clin d'oeil au Sergent Pepper des Beatles, dont les chansons sont interprétées avec des arrangements de samba et de maracatu. Lundi 12 février à partir de 8h, aterro do Flamengo (entre le MAM et la Marina da Gloria).

- Orquestra Voadora : créé en 2008, il se distingue par son pot-pourri de marchinhas, sambas, rock, pop, musiques de films et de dessins animés. Mardi 13 février à partir de 13, aterro do Flamengo (praça Luis de Camões).

- Bloco das Poderosas : avec les chanteuses Anitta et Ludmila en meneuses de revue, il réunit des milliers de personnes dans le Centro. Samedi 17 février à partir de 7h, avenida Presidente Antônio Carlos (en face du terminal Menezes Cortes, Centro).

- Monobloco : simple école de batucada à l'origine, le Monobloco est devenu l'un des plus fréquentés de Rio : il attire plus de 400.000 personnes dans le Centro. Dimanche 18 février à partir de 8h, aterro do Flamengo (praça Luis de Camões).

Les blocos traditionnels

- Carmelitas : son nom fait référence au couvent des Carmélites qui est à l'origine de la fondation du quartier de Santa Teresa. Vendredi 9 février à partir de 13h, Ladeira de Santa Teresa (croisement avec la rua Dias de Barros, Santa Teresa), et mardi 13 février à partir de 8h, Largo do Curvelo (Santa Teresa).

- Céu na terra : il défile dans les rues de Santa Teresa et se veut l'un des plus sympathiques du carnaval de Rio. Samedi 10 février à partir de 7h, Largo dos Guimarães (Santa Teresa).

- Cordão da Bola Preta : bloco le plus ancien de Rio, il fête cette année ses 100 ans. Samedi 10 février à partir de 7h, avenida Presidente Antonio Carlos (en face du terminal Menezes Cortes, Centro).

- Bloco do Barbas : dirigé par le journaliste Nelson Rodrigues Filho, connu pour sa barbe imposante, il comporte, selon les années, un camion-citerne qui balance de l'eau sur ses suiveurs. Samedi 10 février à partir de 14h, rua Arnaldo Quintela (croisement avec la rua Assis Bueno, Botafogo).

- Banda de Ipanema : né en 1964, c'est l'un des plus anciens de la zona sul. Il est cité dans la chanson Aquele Abraço de Gilberto Gil. Samedi 10 février et mardi 12 février à partir de 15h, rua Jangadeiros (croisement avec la rua Gomes Carneiro, Ipanema).

- Cordão do Boitata : fondé en 1996, il a participé à la renaissance du carnaval de rue carioca. Dimanche 11 février à partir de 11h, praça XV (Centro).

Les blocos thématiques

- Desliga da justiça (super-héros) : samedi 27 janvier à partir de 8h, praça Santos-Dumont (Gavea)

- Spantinha (pour les enfants) : samedi 27 janvier à partir de 9h, terrain de baseball de la Lagoa

- New Kids on the Bloco (Boys Band des années 1990) : samedi 10 février à partir de 8h, plage de São Conrado

- Toca Rauuuul ! (reprises de Raul Seixas) : dimanche 11 février à partir de 14h, praça Tiradentes (Centro)

- Bandinha de Ipanema (pour les enfants) : lundi 12 février à partir de 14h30, praça General Osorio (Ipanema)

Les blocos aux noms les plus drôles

- Deixa a lingua no varal (« Laisse la langue sur la corde à linge ») : samedi 27 janvier à partir de 16h, rua Barão de Mesquita, 136 (Tijuca)

- é pequeno, mais vai crescer (« C’est petit, mais ça va grandir ») : vendredi 2 février à partir de 17h30, rua Senador Pompeu (croisement avec la rua Alexandre Mackenzie, Centro)

- Suvaco do Cristo (« Aisselle du Christ ») : dimanche 4 février à partir de 8h, rua Jardim Botânico (croisement avec la rua Faro, Jardim Botânico)

- Fogo na cueca (« Incendie dans le caleçon ») : samedi 10 février à partir de 14h, rua Anita Garibaldi, 60 (Copacabana)

- Que merda é essa (« Qu’est-ce que c’est que cette merde ») : dimanche 11 février à partir de 10h, rua Garcia D'Ávila (croisement avec la rua Nascimento Silva, Ipanema)

Laisser une réponse