Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/plugins/sense-sidebar-generator/html.php on line 83
Jair Bolsonaro est élu président du Brésil - Bom Dia Brésil
Sign in / Join
Jair Bolsonaro (Archives Agência Brasil)

Jair Bolsonaro est élu président du Brésil

Au terme du second tour de la présidentielle qui s'est déroulé ce dimanche au Brésil, Jair Bolsonaro a été élu président. Avec 55,13 %, le candidat du Parti social libéral (PSL) a battu Fernando Haddad, du Parti des travailleurs (PT), qui a obtenu 44,87 % des voix.

Les votes blancs s'élèvent à 2,14 % et les nuls à  7,43 %. L'abstention est de 21,30 %.

Au premier tour, Jair Bolsonaro avait obtenu 46,03 % des voix contre 29,28 % pour Fernando Haddad.

A suivre, les réactions des candidats et des principales personnalités politiques brésiliennes.

Les réactions des candidats

Jair Bolsonaro (PSL) :

Le candidat du PSL s'est exprimé à plusieurs reprises, notamment sur les réseaux sociaux, après l'annonce de sa victoire. « Mon gouvernement défendra la Constitution, la démocratie et la liberté » a-t-il ainsi tenu à mettre en avant, présentant devant lui plusieurs objets inspirants : la Constitution brésilienne, la Bible et un livre sur Winston Churchill. Il a ensuite convié à le rejoindre les hommes politiques le souhaitant : « Le projet que nous construisons peut être partagé avec tous ceux ayant les mêmes objectifs que nous ». Jair Bolsonaro a expliqué que l'un de ses principaux objectifs serait de réduire rapidement le déficit public, notamment en « coupant certains bénéfices et privilèges ». « Nous partirons à la reconquête du respect international pour notre Brésil » a-t-il également expliqué. Avant l'un de ses discours, il a notamment chaudement remercié la communauté des églises évangéliques pour son soutien et procédé à une prière collective.

Fernando Haddad (PT) :

Suite à l'annonce de sa défaite face à Jair Bolsonaro, le candidat du PT s'est positionné en défenseur « de la démocratie et des libertés ». Fernando Haddad a également souligné qu'avec ses alliés de cette élection, ils auraient « la responsabilité de créer une opposition qui mette en avant les intérêts nationaux, l'intérêt de l'ensemble du peuple brésilien, au-dessus de toute autre chose ». « Dans les rues de ce pays, dans toutes les régions, j'ai vu l'angoisse et la peur sur le visage de nombreuses personnes. Qui parfois même en arrivaient à sangloter à force de pleurer. N'ayez pas peur. Nous serons là. Nous sommes ensemble. (...) Comptez sur nous ! » a-t-il conclu.

Geraldo Alckmin (PSDB) :

Sur sa page Facebook, Geraldo Alckmin a tenu à féliciter le nouveau président, espérant qu'« il soit à l'origine de décisions honorant le poste important qu'il devra désormais assumer ». « Je partage l'espoir des Brésiliens que la décision souveraine des urnes soit le commencement d'une période de respect des valeurs suprêmes de notre Constitution et de renouvellement dans l'engagement fondamental de la construction d'une société plus libre, plus juste et solidaire » a-t-il ajouté. Enfin, il a souligné que le vote de ce dimanche 28 octobre avait mis en avant « le désir de changement du peuple ». « Que chacun d'entre nous comprenne bien ce message », a conclu le candidat du PSDB.

Marina Silva (Rede) :

Dans un communiqué envoyé à la presse, Marine Silva a félicité le nouveau président, mais a également tenu à montrer sa préoccupation face à « des risques immédiats » concernant notamment les populations indigènes, mais aussi l'environnement. Elle avoue être face à ce résultat tout à la fois « préoccupée parce que durant la campagne les chaînes qui emprisonnaient les menaces à la démocratie ont été défaites, par le mensonge et la violence », mais aussi « confiante », car elle voit « la présence forte et la vigilance d'une conscience civique et démocratique, enracinées dans de nombreux espaces de la société brésilienne ».

Guilherme Boulos (Psol) :

Sur son compte Twitter, Guilherme Boulos a affirmé que « le Brésil était plus grand que Jair Bolsonaro », avant de s'alarmer face à la victoire du candidat du PSL : « Notre démocratie est en danger ». Il a ensuite appelé à la population à exprimer son opposition dans la rue : « Entre la prison et l'exil, nous faisons le choix de la rue ».

Laisser une réponse