Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/plugins/sense-sidebar-generator/html.php on line 83

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/themes/sensetheme/framework/ReduxFramework/ReduxCore/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Nova Friburgo ou la première immigration suisse au Brésil - Bom Dia Brésil
Sign in / Join
Nova Friburgo en 1835

Nova Friburgo ou la première immigration suisse au Brésil

Peu après son installation au Brésil en 1808, l’empereur du Portugal Dom João VI décide d’ouvrir le pays à l’immigration européenne pour développer le pays, mais aussi « blanchir la race ». La première est venue de Suisse, il y a tout juste 200 ans. Rudolf Wyss, consul général de Suisse à Rio, a raconté à Bom Dia Brésil cet épisode peu connu de l’histoire du pays.

Le consul général de Suisse à Rio, Rudolf Wyss (DR)

On fête cette année le bicentenaire de l’immigration suisse au Brésil. Que s’est-il passé en 1819 ?

En novembre 1919 est arrivé à Rio le premier bateau amenant des immigrants suisses au Brésil. D’autres lui ont succédé jusqu’en février 1820. Au total, plus de 2.000 Suisses ont fait partie de cette première vague d’immigration.

Comment sont-ils venus au Brésil ?

Ce fut un accord officiel entre le Suisse Sébastien Gachet, mandaté par le gouvernement du canton de Fribourg, et les autorités locales, encore portugaises, en particulier l’empereur lui-même. L’idée était de fonder une colonie suisse avec l’arrivée de 200 familles dans la montagne proche de Rio, dans un nouveau lieu baptisé Nova Friburgo. Ce fut une immigration organisée et officielle.

Sous quelles conditions ?

Les Suisses devaient être catholiques et devenir citoyens portugais. En contrepartie, ils recevaient des terres et du matériel pour leur installation.

Qui étaient-ils ?

Il faut rappeler qu’à l’époque, l’Europe passait par des années difficiles, surtout dans l’agriculture. La Suisse était aussi touchée. La majorité était donc des agriculteurs, mais il y avait aussi des artisans et des professions libérales. Ils venaient surtout de la région de Fribourg, mais pas uniquement. Pour eux, le Brésil représentait l’espoir d’une vie meilleure. D’ailleurs, le nombre de candidats a été bien supérieur à l’attente initiale.

Comment s’est passée cette immigration ?

Peinture votive à l'occasion de l'embarquement des migrants suisses pour le Brésil sur le lac de Neuchâtel

Cela a été compliqué dès le début. Le voyage a commencé par un long acheminement vers la Hollande avant l’embarquement pour le Brésil. Rien n’était vraiment bien organisé et les migrants se sont plaints rapidement des conditions du voyage et de Gachet, qui ne cessait de leur demander plus d’argent. La traversée a été pénible et il y a eu de nombreux morts.

Comment s’est passée l’installation à Nova Friburgo ?

Là aussi cela a été difficile et une déception pour beaucoup de migrants. Il y avait tout à faire, à commencer par construire des maisons. La terre ne s’est pas avérée si fertile que promis. Toutes les promesses d’aide n’ont pas été tenues et Gachet s’est confirmé un intermédiaire peu scrupuleux.

Qu’est-il advenu de ces premiers migrants ?

La colonie suisse en 1826, par Jean-Baptiste Debret

Certains sont restés et ont développé Nova Friburgo, qui est même devenue par la suite un pôle industriel dans le textile. Quelques-uns ont été planteurs de café dans la région. Mais beaucoup sont partis s’installer dans d’autres endroits du Brésil, certains à proximité, dans la montagne carioca, d’autres ailleurs au Brésil.

Quel lien les immigrants de Nova Friburgo et leurs descendants ont-ils gardé avec la Suisse ?

Vue de Nova Friburgo en 2006 (Brandaogu/Wikipedia)

Ce lien s’est distendu, s’est perdu au cours du temps. Mais récemment, à la suite de la publication d’un livre racontant l’histoire de cette migration, il y a eu un retour d’intérêt très fort, avec une recherche des origines. Depuis, les contacts ont été rétablis, les échanges se multiplient, les voyages sont fréquents entre Nova Friburgo et Fribourg. Les commémorations en cours du bicentenaire sont un excellent prétexte à ce rapprochement.

Y a-t-il eu d’autres vagues de migration suisse vers le Brésil ?

Oui, un peu plus tard. La première dans l’Etat de Santa Catarina, où les migrants suisses ont participé avec des migrants allemands à la création de ce qui est devenue la ville de Joinville. L’autre est plus spécifiquement suisse : c’est la création en 1888 de la Colonia Helvetia, dans l’Etat de São Paulo, par plusieurs familles de Suisse alémanique, venant d’une région montagneuse déshéritée. La présence des origines suisses y est restée jusqu’à aujourd’hui très forte avec le maintien des traditions et même de la langue d’origine.

Laisser une réponse