Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/plugins/sense-sidebar-generator/html.php on line 83

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/themes/sensetheme/framework/ReduxFramework/ReduxCore/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Production agricole, métro de Rio, éducation civico-militaire : trois chiffres, trois infos - Bom Dia Brésil
Sign in / Join
L'agriculture est l'un des secteurs les plus dynamiques de l'économie brésilienne (Pixabay)

Production agricole, métro de Rio, éducation civico-militaire : trois chiffres, trois infos

A Bom Dia Brésil, on aime les chiffres. Voici ceux qui ont retenu notre attention cette semaine.

343,5 C’est, en milliards de reais, la valeur de la production agricole brésilienne l’an dernier, a dévoilé ce jeudi l’Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE), cité par Agência Brasil. Ce chiffre, qui constitue un record, représente une hausse de 8,3 % par rapport à l’année précédente. Cette excellente moisson s’explique par les bonnes conditions météorologiques connues par la plupart des cultures début 2018. Il faut aussi prendre en compte 78,5 millions d’hectares supplémentaires cultivés – en baisse de 0,6 %. Les dix principales cultures brésiliennes (soja, canne à sucre, maïs, café, coton, manioc, orange, riz, banane et tabac) ont représenté près de 85,6 % de la valeur totale générée l’année dernière. Le soja arrive en tête avec 37 % de la valeur de la production, suivi de la canne à sucre (15 %) et du maïs (11 %). Le soja a rapporté 127,5 milliards de reais (+13,6 %), la canne à sucre 52,2 milliards (-3 %) et le maïs, 37,6 milliards (+14,1 %). Pour 2019, l'IBGE prévoyait en début d'année que la production agricole soit la deuxième plus importante de l'histoire.

Le métro de Rio (Wilfredorrh/Flickr)

934 C’est, en millions de reais, le coût jusqu’à aujourd’hui du chantier de la station de métro Gavea, sur la ligne 4 du métro de Rio. C’est ainsi que le gouverneur de l’Etat de Rio de Janeiro, Wilson Witzel, a décidé d’arrêter les frais ce jeudi, selon G1. Alors que les travaux sont à l’arrêt depuis 2015, il faudrait encore de 750 millions à 1 milliard de reais pour la terminer (ou 300 millions rien que pour entretenir la structure), un coût trop important, selon les autorités. Le trou qui avait été creusé pour construire la station sera comblé, pour un montant de 20 à 40 millions de reais. La ligne 4 du métro, qui a déjà connu une surfacturation de près de 2,3 milliards de reais, ne devrait donc pas être dotée de station à Gavea. Wilson Witzel a déclaré donner la priorité au programme Comunidade Cidade, qui finance des projets dans les communautés de la ville.

Samory Pereira Santos/Flickr

216 C’est le nombre d’écoles civico-militaires que le gouvernement brésilien souhaite implanter au Brésil d’ici 2023 à travers le programme Pecim lancé officiellement ce jeudi. L’objectif est d’améliorer la qualité de l’enseignement de base du pays. Les écoles civico-militaires ne sont pas des écoles militaires, mais des établissements classiques dont des militaires de réserve assureraient le rôle de tuteurs en matière de discipline et d’organisation (ils n’interviendraient pas dans les enseignements classiques). Pour le ministre de l’Education brésilien, Abraham Weintraub, le niveau des écoles avec ce système serait bien au-dessus de la moyenne et le défi serait même que 10 % de toutes les écoles brésiliennes adoptent le modèle civico-militaire d’ici la fin du mandat de Jair Bolsonaro. « Les familles se sentent beaucoup plus rassurées de laisser leurs enfants à l'école, l'environnement est beaucoup plus sûr, la camaraderie y est meilleure, je suis vraiment devenu fan de ce modèle », a-t-il déclaré, cité par Agência Brasil. Pour sa part, le président brésilien y voit plus une référence, positive pour lui, à la dictature : « Il faut mettre dans la tête des gamins l’importance des valeurs civiques et militaires, comme c’était le cas à l’époque du gouvernement militaire, en matière d’éducation morale et civique, et de respect du drapeau ». Le Pecim, qui entend apporter 1 million de reais par école participante, vise en priorité les zones du pays où le développement scolaire est le plus bas, mais pour autant, il est volontaire de la part des Etats et des municipalités, de même que de la part de la communauté scolaire. Jair Bolsonaro n’est cependant pas d’accord avec cette mesure et entend imposer le modèle lorsque nécessaire.

Laisser une réponse