Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/plugins/sense-sidebar-generator/html.php on line 83

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/themes/sensetheme/framework/ReduxFramework/ReduxCore/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Six questions pour comprendre les nouveaux développements de l'affaire Marielle Franco - Bom Dia Brésil
Sign in / Join
Le président brésilien Jair Bolsonaro, le 23 octobre 2019, à Tokyo (José Dias/PR)

Six questions pour comprendre les nouveaux développements de l'affaire Marielle Franco

Rebondissement majeur dans l'enquête sur l'assassinat de Marielle Franco et Anderson Gomes ? Mardi soir, Globo a révélé que l'un des auteurs présumés du crime aurait voulu se rendre chez Jair Bolsonaro à Rio quelques heures avant les faits. Bom Dia Brésil fait le point sur les derniers développements.

Quelle est l'information révélée par Globo ?

La chaîne de télévision brésilienne a eu accès à la déposition du gardien du condominium de Barra da Tijuca, à Rio, dans lequel se situe la maison de Jair Bolsonaro, mais aussi de l'ancien policier militaire Ronnie Lessa, l'un des auteurs présumés de l'assassinat de Marielle Franco. Le témoin a déclaré au début du mois que le 14 mars 2018, vers 17h, soit quelques heures avant le crime qui a eu lieu vers 21h30, Elcio Queiroz, autre ancien policier militaire ayant participé à l'assassinat, se serait présenté en voiture à l'entrée, lui indiquant qu'il désirait se rendre à la maison 58, celle de Jair Bolsonaro. Le gardien a alors appelé la maison 58 et une personne qu'il a identifié comme étant le président brésilien, alors encore député fédéral, aurait autorisé l'entrée d'Elcio Queiroz. Se rendant compte que ce dernier se dirigeait finalement vers la maison 66, celle de Ronnie Lessa, le portier aurait de nouveau appelé Jair Bolsonaro qui lui aurait dit qu'il savait où Elcio Queiroz allait.

Y a-t-il des preuves de cet événement ?

Le registre du condominium cité par Globo comporte l'horaire d'arrivée d'Elcio Queiroz, son nom, sa plaque d'immatriculation et sa destination, la maison 58 de Jair Bolsonaro. Mais le Ministère public de l'Etat de Rio de Janeiro a contredit ce mercredi après-midi le témoignage du gardien. « Il a menti. Cela pour différentes raisons. Et ces raisons seront éclaircies. Le fait est que les enregistrements confirment que c'est Ronnie Lessa qui a autorisé (l'entrée d'Elcio Queiroz; ndr) », a indiqué l'organisme, cité par Terra.  Plus tôt, le fils de Jair Bolsonaro, Carlos, conseiller municipal de Rio, avait diffusé sur ses réseaux sociaux une vidéo de ce qu'il affirmait être le véritable registre du condominium, sur lequel est inscrit, illustré par un enregistrement audio de l'interphone, qu'Elcio Queiroz s'est rendu à la maison 65, propriété également de Ronnie Lessa. Selon G1, les deux registres comportent des indications d'autres entrées et sorties différentes. Carlos Bolsonaro vit également dans ce condominium, à la maison 36, propriété de son père. Le jour du crime, il était occupé à ses fonctions d'élu et n'était pas sur les lieux quand Elcio Queiroz est venu.

Jair Bolsonaro aurait-il pu répondre à l'interphone ?

Le président brésilien avait un alibi solide. Il était de 14h à 20h30 à la Chambre des députés de Brasilia, participant à un vote. Là aussi, des preuves existent.

Quelle a été la réaction de Jair Bolsonaro ?

Le président brésilien s'est exprimé dans la foulée de ces révélations mardi soir, depuis l'Arabie saoudite où il est en voyage, dans un Facebook live dont il est coutumier. Il a déclaré qu'il n'avait rien à voir avec l'assassinat de Marielle Franco, qu'il ne connaissait pas. Il a accusé (et même copieusement insulté) Globo de vouloir salir son image et celle de sa famille. Interrogé ensuite par Record, Jair Bolsonaro a accusé le gouverneur de l'Etat de Rio de Janeiro, Wilson Witzel, d'avoir fait fuiter ces informations auprès de Globo dans l'objectif de lui nuire afin de favoriser sa candidature à la présidentielle de 2022. Ce mercredi, il a précisé que Wilson Witzel l'avait informé le 9 octobre dernier que le gardien du condominium avait donné son nom aux enquêteurs. Le gouverneur a nié les faits, jugeant que le président brésilien n'était pas « dans son état normal », et la police civile a également informé que ce dernier n'avait pas accès à l'enquête. Pour le chef de l'Etat, l'investigation sur l'assassinat de la conseillère municipale de Rio est néanmoins très mal menée et cherche à en couvrir les véritables commanditaires. Il s'est dit prêt à témoigner auprès des autorités. Le ministre de la Justice, Sérgio Moro, a soutenu Jair Bolsonaro, affirmant ce mercredi que le gardien du condominium avait pu se tromper ou être manipulé pour atteindre le président brésilien. Il a demandé l'ouverture d'une enquête auprès du procureur général de la République, selon G1.

Jair Bolsonaro était-il menacé ?

Pas vraiment, car il bénéficie de son immunité présidentielle. Mais le Tribunal suprême fédéral (STF) a été saisi pour donner son aval à une enquête sur une participation présumée de Jair Bolsonaro.

Où en est le reste de l'enquête sur l'assassinat de Marielle Franco ?

A l'heure actuelle, seuls les auteurs présumés, Ronnie Lessa, le tireur, et Elcio Queiroz, le chauffeur, ont été arrêtés. Ils sont emprisonnés depuis mars dernier sans avoir avoué. Le ou les commanditaires ne sont pas connus. Néanmoins, dimanche soir, UOL a révélé que dans une conversation téléphonique datant de février dernier, le milicien Jorge Alberto Moreth aurait confié au conseiller municipal de Rio Marcello Siciliano, un temps suspecté, que Domingos Brazão, alors député MDB de l’Assemblée législative de l’Etat de Rio de Janeiro, aurait offert 500.000 reais pour la mort de la conseillère municipale de la ville. Le milicien aurait également affirmé que trois autres hommes que Ronnie Lessa et Elcio Queiroz étaient les auteurs crime. Le Ministère public a également commenté ces informations, affirmant qu'il n'y avait « aucune preuve concrète » de l'implication de Domingos Brazão dans l'assassinat.

Laisser une réponse