Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/plugins/sense-sidebar-generator/html.php on line 83
Rocinha, centrales hydroélectriques, compétitivité : trois chiffres, trois infos - Bom Dia Brésil
Sign in / Join
A la Rocinha, le 26 septembre 2017 (Agência Brasil)

Rocinha, centrales hydroélectriques, compétitivité : trois chiffres, trois infos

À Bom Dia Brésil, on aime les chiffres.

Voici ceux qui ont retenu notre attention ce mercredi.

59 Le nombre de mandats d’arrêt délivrés par la justice brésilienne depuis le début d’une lutte entre gangs rivaux pour le contrôle de la plus grande favela de Rio le 17 septembre dernier. Selon Globo, plus de 300 appels ont été enregistrés sur la ligne d’appels à témoin mise à disposition des habitants de la Rocinha, dont 128 lundi 25 et mardi 26 septembre. Une récompense de R$ 50.000  est offerte pour toute information concernant Rogério 157, le chef du trafic à la Rocinha. Les enquêteurs ne savent pas s’il se cache dans la favela ou s’il s’est réfugié au Complexo do Alemão, dans la Zona Norte, ou à Vidigal, communauté voisine de la Rocinha. Mercredi 27 septembre, les forces armées brésiliennes étaient déployées dans ces trois favelas.

L'usine hydroélectrique de São Simão, dans le Minas Gerais (Cemig/Divulgação).

12,13 En milliards de reais, la somme obtenue par le gouvernement fédéral ce mercredi 27 septembre pour la vente de quatre centrales hydro-électriques. Gérées jusqu’à présent par la Compagnie énergétique du Minas Gerais (Cemig), les usines de Jaguara, São Simão, Miranda et Volta Grande vont être reprises par Enel, Engie, Pacific et la joint-venture Aliança Energia (formée par la Semig et Vale).

80 Le rang du Brésil selon sa compétitivité, d'après un classement établi par le Forum économique mondial qui compare 137 pays dans le monde. Le Brésil reste loin de la 44e place occupée en 2001, mais le pays a gagné une place par rapport au classement publié en 2016, la première progression en cinq ans. Pour les personnes sondées lors de la réalisation de ce classement, les principaux freins à la compétitivité du Brésil sont, dans l’ordre d’importance, les impôts, la corruption et l’inefficacité de la bureaucratie. A noter également que, sur le seul critère de la confiance placée dans les responsables politiques, le Brésil occupe la dernière place du classement.

Laisser une réponse