Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/plugins/sense-sidebar-generator/html.php on line 83
Ça fait du ramdam au Brésil : la petite fille noire d'un couple d'acteurs victime d'attaques racistes - Bom Dia Brésil
Sign in / Join
Bruno Gagliasso/Facebook

Ça fait du ramdam au Brésil : la petite fille noire d'un couple d'acteurs victime d'attaques racistes

Actrices, journalistes… Les personnalités brésiliennes noires font régulièrement l’objet d’attaques racistes sur les réseaux sociaux. Le week-end dernier, c’est la petite fille de 4 ans du couple d’acteurs brésiliens Bruno Gagliasso et Giovanna Ewbank, originaire du Malawi et adoptée il y a un peu plus d’un an, qui a été prise à partie par une blogueuse.

Comparée à un singe

Dans une vidéo diffusée sur Instagram, Dayane Alcântara Couto de Andrade, alias Day McCarthy, une Brésilienne de 28 ans, émet des commentaires racistes à propos de la petite Tissomo, surnommée Titi, la comparant notamment à un singe. Pour la troisième fois depuis son adoption par le couple, Bruno Gagliasso s’est rendu dans un commissariat de Rio afin de déposer plainte pour injure raciale.

L’acteur était accompagné de Luana Génot, fondatrice de l’Instituto Identidades do Brasil, dont il est l’un des ambassadeurs. « Bruno m’a informé du commentaire ce week-end, il était très triste », raconte-t-elle à Bom Dia Brésil. « Les deux premières affaires avaient eu moins de répercussion parce qu’il s’agissait de montages photo, là c’est une vidéo », ajoute-t-elle. Pour la première, un mineur a été condamné, tandis que la seconde est toujours en cours d’instruction.

Kim Kardashian et Day McCarthy aux VMA de MTV en 2015 (Day McCarthy / reproduction)

Amie des stars ?

Par ailleurs, cette Day McCarthy n’est pas une totale inconnue, même si son parcours reste assez mystérieux. Originaire de l’Espirito Santo, elle se présente sur son site comme une écrivain polyglotte ayant étudié aux Etats-Unis – à Harvard notamment – et vivant au Canada. Si ses quatre livres n’existent nulle part, ses principaux faits d’armes sont des photos d’elle sur le tapis rouge de différentes remises de prix américaines aux côtés de Katy Perry ou Kim Kardashian. Elle s’affirme également en soutien inconditionnel de Donald Trump et Jair Bolsonaro.

Mais, malgré les photos, les médias brésiliens sont très sceptiques sur sa supposée amitié avec les stars. Certains journalistes pensent que Day McCarthy n’est pas du tout « socialite », elle aurait d’ailleurs déjà été arrêtée aux Etats-Unis en 2015 pour prostitution. Elle userait simplement de divers stratagèmes pour se rapprocher de célébrités.

Attaques en règle contre les vedettes brésiliennes

La Brésilienne est en tout cas coutumière des vidéos polémiques dans lesquelles elle raille les vedettes de son pays à l’aide d’insultes racistes et homophobes. Après les attaques contre la fille de Bruno Gagliasso et Giovanna Ewbank, elle a immédiatement enchaîné avec Anitta, qu’elle a accusé de consommer de la cocaïne (elle dit avoir une vidéo le prouvant).

Si son compte Instagram a depuis été suspendu, elle aura gagné en quelques jours des dizaines de milliers d’abonnés supplémentaires. « Il est bien entendu positif de dénoncer publiquement ce genre de crime, mais on voit en même temps qu’il y a aussi beaucoup de personnes qui l’approuvent et cela va en encourager d’autres à faire la même chose », déplore Luana Génot.

Vers une condamnation même au Canada ?

La militante brésilienne croit néanmoins toujours davantage à l’éducation qu’à la répression. « Cela démontre une fois de plus qu’il faut investir dans ce domaine, qu’il faut parler du racisme dans les écoles et les universités, que nous apprenions à vivre ensemble pour avoir des personnes plus ouvertes et surtout moins passives face à ce genre d’acte », affirme-t-elle.

Les autorités brésiliennes ont indiqué qu’elles allaient contacter leurs homologues canadiennes et que même résidant à l’étranger, Day McCarthy pourrait être condamnée pour ses propos. Elle risque d’un à trois ans de prison au Brésil. Contactée par Globo, elle a fait savoir par un intermédiaire qu’elle ne retournerait pas dans son pays pour répondre de son crime.

Laisser une réponse