Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/plugins/sense-sidebar-generator/html.php on line 83
Fièvre jaune : « Il faut vacciner les gens le plus vite possible pour éviter une propagation en ville » - Bom Dia Brésil
Sign in / Join
(Ph. Wilson Dias/Agência Brasil).

Fièvre jaune : « Il faut vacciner les gens le plus vite possible pour éviter une propagation en ville »

Depuis plusieurs semaines maintenant, la course aux vaccins contre la fièvre jaune fait rage à São Paulo. Bom Dia Brésil a interrogé Maxime Godard, médecin généraliste auprès de la communauté française et médecin conseil auprès du consulat général de France à São Paulo pour faire le point sur la situation.

On sent une onde de panique atteindre la population de São Paulo concernant la fièvre jaune. Doit-on s’inquiéter ?

C’est quand même inquiétant, car il y a eu de nombreux cas de décès de singes à cause de la fièvre jaune : on peut parler d’épizootie (lorsqu’une maladie touche une espèce animale dans une région définie, ndlr). Il y a aussi plusieurs cas chez des humains. Mais il est important de souligner qu’il s’agit pour l’instant d’une fièvre jaune sylvestre. Elle ne peut être transmise que par deux types de moustiques : les haemagogus et les sabethes. Ceux-ci ne vivent que dans les forêts, absolument pas dans les villes. Pour les humains, tous les cas ont été détectés chez des gens vivant en zone périurbaine à proximité de bois ou chez des personnes s’étant rendues dans des zones forestières.

Il n’y a pas eu de forme urbaine de la fièvre jaune depuis 1942. Actuellement, existe-t-il un risque d’évolution vers une épidémie de ce genre ?

Si les moustiques aedes (ceux transmettant la dengue, chikungunya et zika, et évoluant aussi en ville, ndlr) commencent à être infectés, il sera alors possible que des personnes vivant en ville soient contaminées. Comme nous sommes en été, c’est la pleine saison des moustiques. La crainte du gouvernement est qu’une personne infectée par la fièvre jaune par un haemagogus ou un sabethes soit à son tour piquée par un aedes. La transmission pourrait alors se répandre en ville. C’est pour cela qu’a été mise en place une campagne de vaccination : il faut vacciner les gens le plus vite possible afin d’éviter une propagation en ville. L’objectif est que l’ensemble de la population soit vaccinée d’ici à la fin de l’année.

Maxime Godard, médecin généraliste à São Paulo, recommande de se faire vacciner dans les semaines à venir. (Divulgação)

Où les cas ont-ils été principalement détectés pour l’instant ?

Dans l’Etat de São Paulo, il y a eu plusieurs cas de fièvre jaune du côté de Campinas, Jundiaí et Mairiporã. Pour l’instant, il n’y a encore pas eu de cas enregistré sur le littoral et il n’y a pas spécialement de prévision qu’il soit atteint.

Pour l’instant, ce sont encore des doses entières qui sont utilisées pour vacciner la population, mais d’ici à quelque temps, ce seront des doses fractionnées qui vont être fournies…

En effet, les doses complètes sont encore distribuées dans les postes de santé pour l’instant. Mais des doses fractionnées devraient être fournies en février. Face à l’urgence, il a fallu trouver une solution pour fournir plus de vaccins et les doses fractionnées sont plus rapides à fabriquer. On garantit cependant qu’elles protègent de la fièvre jaune que durant huit ans, au vu des données dont nous disposons actuellement.

Faut-il absolument se faire vacciner ?

C’est recommandé. Mais si vous ne voyagez pas dans une zone à risque dans les semaines à venir, vous pouvez attendre un peu. En revanche, si vous devez voyager dans une zone à risque, il vaut mieux le faire. Attention toutefois à bien le faire dans les délais : il faut attendre 10 jours après avoir été vacciné pour être immunisé.

Les personnes ayant déjà reçu le vaccin il y a quelques années doivent-elles de nouveau se faire vacciner ?

Non, l’Organisation mondiale pour la santé a insisté sur le fait qu’une dose à vie est suffisante. En revanche, si vous recevez une dose fractionnée, rien ne garantit qu’elle soit valable au-delà de huit ans. L’administration de cette dose ne permet par ailleurs pas de recevoir le certificat international nécessaire pour voyager dans certains pays. Si vous recevez une dose fractionnée, il faut attendre 30 jours avant de pouvoir se faire vacciner de nouveau, cette fois-ci avec une dose entière.

Comment savoir où trouver le vaccin ?

Le site de la Vigilance sanitaire de São Paulo (Covisa) propose une liste actualisée des postes de santé faisant encore les vaccins. A l’hôpital das Clínicas, sont vaccinées en priorité les personnes voyageant pour un pays où il est obligatoire d’être immunisé contre la fièvre jaune. Il faut présenter un justificatif du voyage.

Qu’en est-il de la vaccination pour les enfants, les femmes enceintes et les personnes de plus de 60 ans ?

Le vaccin de la fièvre jaune n’est pas recommandé pour les enfants de moins de neuf mois. Il s’agit d’un vaccin qui est vivant, donc le risque pour les personnes vulnérables est qu’elles contractent la maladie après s’être fait vacciner.

Concernant les femmes enceintes, tant qu’il n’y a pas d’épidémie de fièvre jaune urbaine, il n’est pas recommandé. Les femmes allaitant peuvent se faire vacciner, mais elles doivent toutefois suspendre l’allaitement durant dix jours, afin de ne pas transmettre le virus à leur bébé. Mais au bout des dis jours, elles peuvent reprendre.

Pour les personnes de plus de 60 ans, c’est au cas par cas. Au médecin de peser le risque/bénéfice.

Pour ceux qui ne parviennent pas à se faire vacciner ou qui ne le peuvent pas, quelles sont les recommandations pour se protéger ?

Il faut suivre les recommandations habituelles pour éviter de se faire piquer par des moustiques : utiliser du répulsif, mettre des vêtements longs, utiliser des moustiquaires, privilégier les espaces clos avec de la climatisation et évidemment éviter les zones où il y a beaucoup de moustiques. Si vous devez voyager dans une zone à risque, il est recommandé de reporter votre voyage.

Quels sont les signes qui doivent inquiéter ?

Si vous avez séjourné dans une zone à risque dans les 15 jours précédents et que vous avez de la fièvre (soit plus de 38°), et au moins un autre symptôme tel que des courbatures, des maux de tête, des frissons, des signes hémorragiques, des nausées, un état fébrile, vous devez consulter votre médecin en toute urgence.

Laisser une réponse