Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/plugins/sense-sidebar-generator/html.php on line 83
Rodrigo Maia, Bolsonaro au Chili, affaire Temer, foot : ce qu'il faut retenir du week-end - Bom Dia Brésil
Sign in / Join
Rodrigo Maia (Wilson Dias/Agência Brasil).

Rodrigo Maia, Bolsonaro au Chili, affaire Temer, foot : ce qu'il faut retenir du week-end

Vous êtes restés loin de l'actualité ce week-end ? Pas de panique, Bom Dia Brésil revient sur les principales informations de ces derniers jours.

Le torchon brûle entre Jair Bolsonaro et Rodrigo Maia

Le président Jair Bolsonaro et le président de la Chambre des députés, Rodrigo Maia (DEM), se sont livrés samedi à une joute verbale, amplifiant les tensions entre l'exécutif et le Congrès nées du projet de réforme des retraites. Alors que Rodrigo Maia a réitéré ses critiques sur le projet qui doit être présenté au Parlement, Jair Bolsonaro a déclaré depuis Santiago, au Chili, que certains « ne veulent pas abandonner l'ancienne politique » et qu’il ne savait pas pourquoi Rodrigo Maia était aussi « agressif » avec lui. Comme le souligne Istoé, le président a ajouté qu’il pardonnait à Rodrigo Maia ses critiques en raison de la « situation personnelle » vécue par le député. Une allusion à peine voilée à la détention provisoire de l'ancien ministre Wellington Moreira Franco, beau-père de l'épouse de Rodrigo Maia (lire ci-dessous). Dans une interview à l'Estadao publiée vendredi, Rodrigo Maia avait déclaré que le gouvernement n'avait pas de projet pour le pays au-delà de la réforme des retraites. « Le gouvernement est un désert d'idées », avait-il lancé.

Jair Bolsonaro en visite au Chili

Les présidents Sebastian Piñera et Jair Bolsonaro (Agência Brasil)

Pour son premier déplacement dans un pays sud-américain depuis qu’il est entré en fonction, Jair Bolsonaro était au Chili en fin de semaine dernière. Une visite qui a été polluée par l’actualité politique brésilienne (lire ci-dessus) et au cours de laquelle des citoyens chiliens ont manifesté leur réprobation du président brésilien, admirateur déclaré du dictateur Augusto Pinochet. Plus concrètement, le déplacement a été l’occasion pour le président chilien Sebastian Piñera, accompagné de Jair Bolsonaro et d'autres chefs d'État sud-américains, d’annoncer la création d'un nouveau groupe de coopération de pays en Amérique du Sud, le Prosur. Selon BBC Brasil, un traité a été signé et même si peu de détails ont filtré sur ce nouveau groupe, l’idée semble être de faire oublier l'Unasur, associée à l'ère des gouvernements de gauche en Amérique latine et d'isoler davantage le Venezuela. Outre Sebastian Piñera et Jair Bolsonaro, les autres signataires sont Mauricio Macri (Argentine), Iván Duque (Colombie), Mario Abdo Benítez (Paraguay), Martín Vizcarra (Pérou), Lenín Moreno (Équateur) et George Talbot, ambassadeur du Guyana.

Deux prévenus arrêtés en même temps que Michel Temer ont été remis en liberté

Une juge du tribunal fédéral de la 2e région (TRF-2) a remis en liberté deux prévenus qui avaient été arrêtés jeudi 21 mars dans le cadre de l’Opération Lava Jato, au même titre que l’ancien président Michel Temer et l’ancien ministre et gouverneur de l'Etat de Rio de Janeiro Wellington Moreira Franco. Samedi, c’est Rodrigo Castro Alves, propriétaire d'une agence de publicité accusée d'être l'un des intermédiaires ayant versé des pots-de-vin à l'ancien président, qui est sorti de prison. Et dimanche est venu le tour de Carlos Jorge Zimmermann, ancien représentant de l’entreprise AF Consult. Selon G1, la juge a précisé que ces libérations n’ont été décidées que parce que Rodrigo Castro Alves et Carlos Jorge Zimmermann avaient été placés en prison temporaire.

Ce lundi 25 mars, un autre juge du TRF-2 a ordonné la remise en liberté de huit prévenus, dont Michel Temer et Wellington Moreira Franco, qui avaient eux été placés en prison préventive. Selon ce juge, le ministère public a réalisé « une mauvaise interprétation » et l'incarcération des prévenus était basée sur « des hypothèses de faits anciens ». Le ministère public fédéral a annoncé son intention de faire appel de cette décision.

Anatel bloque des milliers de téléphones portables

(Pixabay)

L'Agence nationale des télécommunications (Anatel) a procédé dimanche 24 mars au blocage des téléphones portables sans certification dans 15 Etats brésiliens. Les appareils irréguliers sont bloqués à São Paulo et au Minas Gerais, dans les neuf États du Nordeste (Alagoas, Bahia, Ceará, Maranhão, Paraíba, Pernambuco, Piauí, Rio Grande do Norte et Sergipe) et dans quatre États du Nord (Amapá, Amazonas, Pará et Roraima). Le blocage des téléphones dans ces États est la dernière phase du projet Celular Legal, qui a été lancé en septembre. Anatel a envoyé 531.000 messages d'avertissement de déconnexion et jusqu'à présent, plus de 244.000 portables étaient bloqués dans tout le pays.

Une Brésilienne parmi les 10 meilleurs enseignants au monde

Débora Garofalo (Facebook)

La Brésilienne Débora Garofalo a terminé dans les 10 premiers au concours du Meilleur professeur au monde. Le titre et le million de dollars de récompense ont été attribués au Kényan Peter Tabichi. Débira Garofalo enseigne la robotique à l’école Ary-Parreiras, dans la banlieue de São Paulo. Pour le concours, elle a donné un cours à Dubaï, où était organisée la finale, dans lequel elle apprenait à ses élèves à construire des robots à partir de déchets recyclés, rappelle G1. Un autre Brésilien, Jayse Ferreira, originaire du Pernambouc, figure également dans la liste des 50 meilleurs professeurs au monde. Considéré comme le prix Nobel de l'éducation, le Global Teacher Prize est organisé depuis cinq ans par la Fondation Varkey - un organisme à but non lucratif créé pour promouvoir l'éducation. Plus de 30.000 enseignants étaient inscrits, dont 50 avaient été présélectionnés pour la demi-finale et seulement 10 sont venus à Dubaï pour la grande finale.

La Seleção trébuche face au Panama

Le Brésil a concédé un pauvre nul (1-1) contre le Panama en match amical samedi à Porto. Selon G1, la veille, Tite avait déclaré que sa plus grande préoccupation était le processus créatif de la Seleção. Le sélectionneur n’a pas dû être rassuré. L’ancien flamenguista Lucas Paquetá a marqué son premier but sous le maillot auriverde, mais Coutinho, la plus grande star en l'absence de Neymar, n’a pas brillé. Tite va devoir trouver des alternatives individuelles et collectives, alors que la Copa América approche : le tournoi débutera le 14 juin, contre la Bolivie au stade Morumbi à São Paulo. Prochain match amical mardi contre la République tchèque à Prague.

Laisser une réponse