Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/plugins/sense-sidebar-generator/html.php on line 83
Manifestations pro-Moro, Vaza Jato, G20, UE-Mercosur, Copa América : ce qu'il faut retenir du week-end - Bom Dia Brésil
Sign in / Join
A Brasilia, dimanche 30 juin (Agência Brasil)

Manifestations pro-Moro, Vaza Jato, G20, UE-Mercosur, Copa América : ce qu'il faut retenir du week-end

Vous êtes restés loin de l'actualité ce week-end ? Pas de panique, Bom Dia Brésil revient sur les principales informations de ces derniers jours.

Tensions entre partisans de Jair Bolsonaro lors de manifestations de soutien à Sérgio Moro

Des manifestations de soutien au ministre de la Justice Sérgio Moro et à l'opération Lava Jato étaient convoquées dans les grandes villes brésiliennes ce dimanche. Selon UOL, les manifestants ont aussi pris pour cible le Tribunal suprême fédéral (STF) et le président de la Chambre des députés, Rodrigo Maia. Dans plusieurs villes, des tensions entre manifestants ont été observées. A São Paulo notamment, la police militaire a dû intervenir pour empêcher des heurts entre membres des groupes Direita SP (proche du PSL, parti de Bolsonaro) et MBL (Movimento Brasil Livre). Des tensions entre ces anciens alliés existent depuis que le MBL a pris ses distances en mai avec les positions anti-STF et anti-Congrès de Direita SP. A Rio de Janeiro, certains manifestants ont également accueilli les membres du MBL en les accusant de « trahison ». Sur Twitter, Jair Bolsonaro s'est pourtant félicité de la « civilité » des manifestations.

Vaza Jato : quand les procureurs critiquaient la nomination de Moro au gouvernement

(PT/Flickr)

Les tout premiers messages dévoilés par The Intercept Brasil le 9 juin dernier avaient déjà montré certains extraits dans lesquels des procureurs de Lava Jato regrettaient que Sérgio Moro ait accepté la proposition de Jair Bolsonaro de devenir son ministre de la Justice. La dernière salve en date dévoilée samedi par le site brésilien donne plus de détails sur cet épisode. Dans ces messages, où Sérgio Moro n’est cette fois pas partie prenante, des magistrats, dont le plus connu, Deltan Dallagnol, redoutent que la nomination de l’ex-juge au gouvernement ne ternisse l’opération, renforçant les arguments de ses opposants y voyant une opération « politique ». « La femme de Moro qui fête la victoire de Bolsonaro sur les réseaux sociaux », écrit l’un d’entre eux. « Erreur crasse », lui répond un autre. « Il (Sérgio Moro, ndr) s’est perdu et peut emporter Lava Jato avec lui », résume un procureur. D’autres messages montrent une procureure en particulier critiquant les méthodes de l’ancien juge, qui aurait régulièrement dépassé les limites de ses fonctions pour atteindre ses objectifs. Néanmoins, cette fois, des erreurs (corrigées par la suite) de The Intercept (noms, dates de messages, lieu de travail) ont donné du grain à moudre aux critiques de « Vaza Jato » estimant que les échanges ne sont pas authentiques et ont pu être modifiés (c’est la ligne des procureurs de Lava Jato et de Sérgio Moro notamment). Le ministre de la Justice a immédiatement réagi sur Twitter en balayant d’un revers de la main « des ragots présumés » de la part « de procureurs en majorité extérieurs à Lava Jato ».

Certains procureurs cités ont contesté l’authenticité des messages, sauf un, qui, sous couvert d’anonymat, a confirmé au Correio Braziliense samedi qu’ils étaient véridiques. Néanmoins, il a indiqué qu’il s’agissait seulement d’extraits de dialogues plus longs et que le groupe en question, créé sur la messagerie Telegram, n’existait plus.

Un Jair Bolsonaro plus mesuré que prévu au G20

Selon les médias brésiliens, le chef de l’Etat brésilien avait l’intention de se montrer plutôt incisif avec tous ses interlocuteurs – dont Vladimir Poutine au sujet du Venezuela – lors du G20 qui s’est tenu vendredi et samedi derniers à Osaka, au Japon. Mais durant cette grand-messe confraternelle mondiale où même Donald Trump et Xi Jinping ont momentanément enterré la hache de guerre commerciale, Jair Bolsonaro a finalement gardé ses menaces pour lui. Tout juste s’est-il quelque peu agacé des leçons environnementales données par la chancelière allemande, Angela Merkel, lui rebattant que « les Allemands ont beaucoup à apprendre du Brésil » en la matière – il évoquait les questions énergétiques. Il s’est cependant gardé de répondre aux menaces du président français, Emmanuel Macron, au sujet de l’Accord de Paris sur le climat pour obtenir la signature du traité commercial UE-Mercosur (lire plus bas). Lors d’une réunion des Brics, Jair Bolsonaro a là aussi tenu un discours finalement plus modéré que prévu, défendant le multilatéralisme et critiquant le protectionnisme commercial, tout en appelant à une réforme de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

L’accord UE-Mercosur enfin signé

Lors du G20 d'Osaka (Agência Brasil)

Après vingt ans de négociations, les deux marchés économiques régionaux ont enfin signé vendredi, à l’occasion de la réunion du G20 d’Osaka (Japon), l’accord commercial tant attendu. Et il n’était pas garanti que les ultimes négociations portent leurs fruits en raison notamment de la pression portée par le président français, Emmanuel Macron, sur son homologue brésilien, Jair Bolsonaro, l’intimant de ne pas retirer le Brésil de l’Accord de Paris sur le climat. Et Brasilia de rassurer Paris à ce sujet. Le traité commercial entre l’Union européenne et le Mercosur, qui est composé du Brésil, de l’Argentine, de l’Uruguay et du Paraguay, est une bonne nouvelle notamment pour le premier, qui pourrait voir son PIB augmenter de plus de 77 milliards d’euros ces 15 prochaines années, selon le ministère brésilien de l’Economie. Les investissements supplémentaires dans le pays sont estimés eux à 100 milliards d’euros et les exportations vers l’UE à près de 88 milliards d’euros d’ici 2035.

Le Brésil remportera-t-il sa Copa América ?

Vainqueur difficilement (aux tirs au but) du Paraguay en quarts de finale de la Copa América jeudi dernier, la Seleçao s’avance cette semaine dans la dernière ligne droite de la compétition qu’elle accueille. C’est l’Argentine, qui a sorti le Venezuela vendredi, qu’elle affrontera en demi-finale mardi soir à Belo Horizonte. L’autre demie verra s’affronter mercredi soir à Porto Alegre deux surprises : le Chili (qui a battu la Colombie aux tirs au but) et le Pérou (qui s’est également défait aux tirs au but de l’Uruguay). La finale est prévue dimanche en fin d’après-midi au Maracana de Rio.

Laisser une réponse