Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/plugins/sense-sidebar-generator/html.php on line 83

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/themes/sensetheme/framework/ReduxFramework/ReduxCore/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Armement, féminicides, AFD : trois chiffres, trois infos - Bom Dia Brésil
Sign in / Join
Mise à l'eau du sous-marin Riachuelo le 14 décembre 2018 (Tomaz Silva/Agência Brasil)

Armement, féminicides, AFD : trois chiffres, trois infos

A Bom Dia Brésil, on aime les chiffres. Voici ceux qui ont retenu notre attention cette semaine.

109,2 milliards En reais, c’est la somme des dépenses militaires du Brésil en 2018, selon un rapport de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri). Cela représente une augmentation significative de 5,1 % sur un an. Selon RFI, cette augmentation est une tendance généralisée en Amérique du Sud. La hausse des dépenses militaires dans la région est de 3,1 %. Les dépenses du Brésil représentent 50 % des dépenses totales du continent sud-américain. Cette progression des dépenses d’armement est en contradiction avec la situation économique plutôt compliquée du pays. Le rapport indique ainsi que « les dépenses militaires au Brésil ont augmenté en dépit du ralentissement économique et des restrictions imposées aux dépenses publiques ». Et les dépenses militaires ne devraient pas diminuer en 2019 avec le gouvernement de Jair Bolsonaro. L’augmentation des dépenses d’armement est observée dans le monde entier. Les dépenses militaires dans le monde ont, ainsi, atteint 1.820 milliards de dollars américains en 2018, soit le plus haut niveau depuis 30 ans. Pour rappel, la Chine et les Etats-Unis sont les deux pays qui dépensent le plus en armement aujourd’hui.

(Guy Pichard)

76 % C’est l’augmentation du nombre de féminicides au premier semestre 2019 à São Paulo, selon G1. Pour rappel, ce terme a été inventé par la sociologue américaine Diana E. H. Russell en 1976 et est défini comme « le meurtre de femmes commis par des hommes parce ce que sont des femmes ». La loi brésilienne reconnaît le féminicide depuis la loi du 9 mars 2015 dans les cas, notamment, de violences domestiques ou de dénigrement et discrimination d’une femme. Ainsi, au cours des trois premiers mois de 2019, le nombre de femmes tuées en raison de leur sexe dans l’État de São Paulo est monté à 37. En 2018, ce chiffre était de 21. Dans l’Etat de Rio de Janeiro, les chiffres sont encore plus alarmants : une femme y meurt tout les cinq jours parce qu’elle est une femme. Il est également intéressant de développer que sur 26 des 37 cas recensés dans la ville de São Paulo, l’auteur du féminicide était connu (mari ou ex-petit ami), ce qui démontre l’importance du féminicide intime, qui correspond notamment aux violences domestiques. Enfin, il est nécessaire de rappeler que seuls 10 % des femmes victimes d’une agression ont reporté celle-ci à la police.

700.000 En euros, c’est financement que l'Agence française de développement (AFD) va attribuer au Fonds d’expertise et d’échanges d’expériences (Fexte) pour trois ans. Ce financement aura pour but d’appuyer l’initiative de coopération technique à Curitiba, Recife et São Paulo, qui vise à appuyer ces villes « dans l’utilisation du numérique comme levier pour relever leurs défis urbains », selon un communiqué. La coopération va alors associer en France et au Brésil un ensemble d’acteurs (collectivités territoriales, agences spécialisées, entreprises…) qui devront travailler ensemble. Cet appui aux initiatives Smart City se trouve « à la croisée de deux engagements profonds de l’AFD : l’appui aux villes durables et l’accompagnement de la transition numérique ». Pour rappel, l’AFD est l’acteur central de la politique de développement de la France. Elle est présente dans 110 pays et ses engagements au Brésil représentent 1,9 milliard d’euros.

Laisser une réponse