Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/plugins/sense-sidebar-generator/html.php on line 83
Ça fait du ramdam : quand les Brésiliens se joignent à la déferlante raciste contre Wendie Renard - Bom Dia Brésil
Sign in / Join
Wendie Renard le 18 mai 2019 (Stepro/Wikipedia)

Ça fait du ramdam : quand les Brésiliens se joignent à la déferlante raciste contre Wendie Renard

L'une des meilleures joueuses françaises de la Coupe du monde féminine, Wendie Renard, est victime de racisme sur les réseaux sociaux de la part d'internautes du monde entier depuis le début de la compétition qui se tient dans l'Hexagone. Malheureusement, dimanche dernier, au cours du huitième de finale entre la Seleção et les Bleues, ce sont les Brésiliens qui s'y sont mis à leur tour. Des internautes ont lancé des propos injurieux et racistes à l’encontre de la joueuse, commentant plus précisément sa coupe de cheveux.

Le physique plus critiqué que la performance

Wendie Renard, six fois vainqueur de la Ligue des Champions féminine, finaliste du dernier Ballon d’or féminin et troisième joueuse la mieux payée au monde, a ainsi été qualifiée de « preta do cabelo duro » (« noire/nègre aux cheveux durs »), « pixaim » (crépus, souvent utilisé dans un sens péjoratif) ou « mauvais ». Quand elle n'était pas critiquée simplement pour avoir joué avec ses cheveux détachés :

« Quelqu’un peut dire à cette Renard d’attacher ces putains de cheveux pour l’amour de Dieu »

Parfois, les commentaires nauséabonds concernaient juste le physique :

« Renard, numéro 3 de la France, ressemble aux filles que j’embrasse quand je suis bourré »

« Combien d’entre nous ont déjà été des Wendie Renard ? »

Pour autant, certains internautes ont heureusement pris la défense de Wendie Renard, prise à partie dès le début de match et le carton jaune pris pour une faute sur la Brésilienne Debinha. Sa bonne performance au cours du match n'a rien arrangé.

« (...) Mec, la femme mouille son maillot dans le match et les gens disent de la merde sur ses cheveux. Racistes ! »

« Faire des blagues racistes sur les cheveux de la joueuse française démontre juste combien vous êtes méprisables »

Maíra Azevedo, journaliste et influenceuse brésilienne connue sous le nom de « Tia Ma » sur les réseaux sociaux, a déclaré qu'elle s’était déjà fait insulter de « preta do cabelo duro » et a souligné que la pression esthétique à laquelle les femmes noires sont soumises est cruelle. « Cela m'a poussé à me haïr et haïr mes cheveux pendant longtemps ! Ce n'est pas drôle, c'est méchant et c'est cruel ! » a-t-elle notamment commenté.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Eu me vejo em @wendie_renard e me reconheço! Cabelo ruim, duro, pixaim, bombril... Qual a novidade de rir dos cabelos das mulheres negras?? Isso não me assusta, nem me surpreende...eu ouvia “nega do cabelo duro, que não gosta de pentear”...e via as pessoas rindo de mim...isso estimulou que eu, por muito tempo, me odiasse e odiasse meu cabelo! Não tem graça, é perverso e é cruel! A tentativa de ridicularizar é maior do que a vontade de se informar! Wendie é a terceira maior jogadora do mundo, está entre as mais bem pagas...mas idiotas querem apenas rir do seu cabelo e esquecem da própria ignorância! #preta #pretos #mulheresnegras #amor #vidasnegrasimportam #wendie #copadomundofeminina

Une publication partagée par Maíra Azevedo (@tiamaoficial) le

La philosophe et militante féministe brésilienne Djamila Ribeiro a également publié un texte sur Instagram. Elle appelle à la tolérance zéro pour ce genre de personnes qui font des blagues racistes :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Quantas de nós já fomos Wendie Renard? A zagueira da França Wendie Renard foi vítima de piadas racistas por conta dos seus cabelos. Ela tem 28 anos, já venceu 11 campeonatos franceses, 4 Champions League, recebe o terceiro maior salário do futebol feminino, mas foi reduzida "à preta do cabelo duro e feio". Uma atleta excelente, mas que vira piada. Por isso tenho zero tolerância com "humoristas" que fazem isso. Só a gente sabe como é ser alvo desse tipo de comentário. Quantas mulheres negras se violentam para atender a imposição de padrão estético? Quantas feridas causadas no couro cabeludo, na auto estima? Quantas violências no cotidiano escolar? Desde "não vou dançar com a neguinha do cabelo duro" a "por que você não alisa seu cabelo?" Só a gente sabe. Só as mulheres dos cabelos crespos, que não fazem cachos, sabem. Só as dos "cabelos sem definição", sabem. Por que Wendie deve atender a um padrão, mesmo aquele estabelecido dentro da comunidade, como se não fôssemos diversas? Por que você se incomoda com o modo pelo qual a jogadora se apresenta? O que isso interfere na sua vida? "Ah mas eu acho feio". Problema seu e de seus gostos condicionados. Até quando vamos reduzir mulheres, sobretudo negras, às suas aparências? Sugiro leitura de "Racismo Recreativo", de @ajmoreirabh. Wendie Renard tem nome e sobrenome, parafraseando Lélia Gonzalez, para que o racista não coloque o nome que quiser.

Une publication partagée par Djamila Ribeiro (@djamilaribeiro1) le

Wendie Renard n'a pas réagi à l'affaire, sans doute plus concentrée sur le quart de finale qui opposera vendredi la France aux Etats-Unis (16h, heure brésilienne).

Laisser une réponse