Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/plugins/sense-sidebar-generator/html.php on line 83

Warning: Creating default object from empty value in /homepages/38/d688235749/htdocs/clickandbuilds/BomDiaBresil/wp-content/themes/sensetheme/framework/ReduxFramework/ReduxCore/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
La victoire des Bleus à la Coupe du monde vue par la presse brésilienne - Bom Dia Brésil
Sign in / Join
(Amélie Perraud Boulard/Bom Dia Brésil)

La victoire des Bleus à la Coupe du monde vue par la presse brésilienne

Dimanche 15 juillet, l’équipe de France remportait sa seconde Coupe du monde en battant la vaillante Croatie 4 à 2. Presque 20 ans jour pour jour après son premier titre mondial conquis face au Brésil. La presse brésilienne n’a pas manqué de mettre à la une le sacre des hommes de Didier Deschamps.

« Puissance » (Folha de S. Paulo), « Le monde est bleu » (Estado de S. Paulo), « Au terme d’une finale spectaculaire, la France gagne 4 à 2 et conquiert un second titre mondial » (Correio Braziliense), « Bleu, la couleur la plus chaude » (Destak), « Une super puissance surgit ; la France enfin est géante » (Lance), « La France championne du monde grâce à un football pragmatique et fatal » (Uol) : tels sont quelques-uns des titres affichés par les quotidiens et sites d’information brésiliens au lendemain de la conquête française.

Alors que le quotidien O Globo célèbre la fin d’une « Coupe vraiment géniale », le Correio Braziliense a particulièrement salué une finale haute en rebondissements et en buts : « Si les dernières finales de Coupes du monde n’ont pas été particulièrement enthousiasmantes, la France et la Croatie sont entrées dans l’histoire en étant les protagonistes d’un spectacle riche en buts ». Une opinion partagée par la revue spécialisée Lance, selon laquelle « la France a fait un véritable show durant la finale », permettant ainsi de « colorer pour la seconde fois de son histoire le monde en bleu, blanc et rouge, les couleurs de la Révolution et du drapeau français ». La même source rappelle également que « quatre buts inscrits en finale par l’équipe championne du monde, c’est du jamais vu depuis 1970 ».

« Un pour tous et tous pour un »

Griezmann, Mbappé et Pogba (Equipe de France/Facebook)

« Avec un jeu consistant du début à la fin du tournoi et une soirée plus qu’inspirée grâce au trio Griezmann, Mbappé et Pogba, la sélection française conquiert le titre de manière juste », analyse l’Estadão. Le quotidien pauliste estime également que « l’ensemble des joueurs et leur esprit d’équipe » ont offert ce beau résultat, la France ayant appliqué le fameux « un pour tous et tous pour un » des mousquetaires d'Alexandre Dumas.

La plupart des médias célèbrent en grande majorité les performances de deux des artisans de la victoire française : Kylian Mbappé, couronné révélation du tournoi, et Antoine Griezmann, meilleur joueur de la finale. O Globo rapporte ainsi que « quand la France en a eu le plus besoin, l’étoile d’Antoine Griezmann a brillé », rappelant toutefois que le début du Mondial a été « timide » pour l’attaquant. Toutefois, concernant sa performance lors de la finale, les avis sont unanimes : pour la Folha, l’Estadão ou encore O Globo, la prestation de Griezmann a été exceptionnelle. A également marqué les esprits le jeune joueur du PSG Kylian Mbappé : à seulement 19 ans, tous les journaux rappellent qu’il est le deuxième joueur le plus jeune de l’histoire à marquer un but lors d’une finale, juste devancé par Pelé qui marquait face à la Suède en 1958, à seulement 17 ans. Pour le HuffPost, les choses sont claires : Kylian Mbappé « a brillé » durant l’ensemble de la compétition.

Des Bleus pragmatiques

Mais la réussite de cette équipe de France ne tient pas qu’à des talents individuels. Pour O Globo, « le projet français peut servir d’exemple au Brésil », soulignant que « la France a gagné la Coupe du monde après avoir misé sur un travail de long terme avec Deschamps ». Le rôle de ce dernier est également célébré par divers titres. Lance met ainsi en avant le caractère calme du sélectionneur français, surnommé pour l’occasion « le Parrain » : « Deschamps a la réputation de passer pas mal de temps assis sur le banc (…). Hier, il ne s’est levé que deux fois : la première dès la quatrième minute pour dire à ses joueurs de mieux marquer les Croates et la deuxième, lors de la faute ayant entraîné le premier but de l’équipe de France ». Le succès de Didier Deschamps, c’est aussi celui d’un entraîneur qui a su se remettre en question après la déception de la finale lors de l’Euro 2016 face au Portugal, d’après la Gazeta do Povo. « La France ne cherche pas à avoir tout le temps la balle. Malgré un talent immense sur le terrain, ce n’est pas un football destiné à être "voyant". Il s’agit plus d’une équipe pragmatique et donc très dure à battre. Toute la méthode a fait ses preuves en Russie ». « Didier Deschamps a su transmettre son expérience de champion à un groupe jeune, talentueux et désireux de gagner », conclut l’Estadão.

Didier Deschamps (Equipe de France/Facebook)

La presse brésilienne a souvent fait grand cas de l’aspect multiethnique de l’équipe de France. El País Brasil, rappelle que « 14 Bleus ont des origines africaines », résultat du passé colonial de la France. Ainsi, Paul Pogba et Kylian Mbappé sont des « héros authentiques » tant en France qu’en Afrique. Si nombre d’internautes brésiliens reprochaient l’hypocrisie française à célébrer une équipe dont nombre de joueurs avaient des racines africaines alors que la xénophobie et le rejet des migrants sont forts, BBC Brasil rappelle que pour la plupart de ces joueurs, ce sont les grands-parents ou « les parents qui ont migré en France », et que seul Steve Mandanda et Samuel Umtiti sont nés hors de l’Hexagone, respectivement en République démocratique du Congo et au Cameroun. Mauro Cezar Pereira, chroniqueur de l’Estadão, voit dans cette multiplicité des origines des Bleus la « force de la France multiraciale », car c’est aussi comme ça qu’elle « devient l’une des grandes équipes du football ».

Enfin, la jeunesse de l’équipe de France a également marqué les esprits. La Gazeta do Povo estime que la France ne devrait pas manquer d’être au premier plan au cours des prochaines années : « La Russie, ce n’est que le début : avec autant de jeunes garçons, la France championne peut prétendre à l’hégémonie dans les années à venir ». De même, la Folha voit dans la jeunesse des Bleus, « seconde équipe la plus jeune du tournoi, avec une moyenne d’âge de 26 ans », « une génération prometteuse, avec au moins un autre Mondial devant elle ». Rendez-vous est donc pris pour 2022.

Laisser une réponse